Nos missions à l'étranger

La Moldavie

 Mission en Moldavie

Nous commençons le chapitre Education avec le récit de la mission en Moldavie qui a eu lieu du 15 au 23 avril 2016.

Y participaient :

- Eliane Barrero (S) retraitée  Enseignante LS - Michel Lamothe retraité (E) directeur d’un service d’éducation bilingue - Céline Lajarrige (E) interprète français /LSF - Véronique Desvignes (E) pédiatre du Monde

 

Depuis 2003, le pays a certes évolué mais la pauvreté reste très présente, et la situation des personnes sourdes n'a pas évolué, notamment pour les enfants dans les écoles. Nous avons pourtant rendu visite à ces établissements à de nombreuses reprises pour les convaincre de l'importance de la LS. Hélas à ce jour la LS n'est perçue que comme un outil de communication entre sourds, pas comme une langue capable de transmettre les savoirs aux enfants.

L’enchaînement du programme de la semaine a été compliqué. Selon mon point de vue je n'ai pas senti de changement de mentalité à l’école 167 à Chisinau (très orientée vers l'oralisme) et je pense que la situation est identique pour l’école 12. Véronique Desvignes et Ala présidente des pédiatres du Monde Moldavie qui ont été à l’école 12 seules nous ont informés que les professionnels souhaitaient apprendre la LS. Cela m'a beaucoup étonnée, car le lundi lors de la réunion à l'école 167, une professionnelle de l’école 12 était présente et a réagi de façon un peu agressive, disant que la LS n’a que du vocabulaire et ne permet pas d'exprimer et de conjuguer les verbes...

 

Nous avons été surpris et peinés suite aux réactions de rejet du projet de la part de l’association des Sourds : leur scolarité dans les écoles pour sourds a été très marquée par une éducation oraliste, ce qui fait qu’aujourd’hui l'insertion sociale des sourds adultes reste très difficile.

Enfin je dois dire que la mission LS a été mouvementée et superficielle : le rendez-vous avec l'association des sourds n'a pas pu porter ses fruits puisque nous n'avons pas rencontré l'association nationale.

 La visite à Hirbovat est restée un échange simple puisque nous n'avions pas d'interprète moldave, et surtout le temps consacré à l'école 167 s'est vu raccourci puisque la directrice avait pris d'autres dispositions pour une partie de la journée où les parents étaient là. Ceux-ci n'ont participé qu'à un échange assez bref et très orienté médical (implants, rééducation,...). Nous n'avons pas pu prendre le temps d'échanger avec eux, de sonder s'ils étaient motivés par un projet d'école bilingue... et surtout de leur présenter le diaporama que j'avais préparé sur la langue des signes et ses grands principes.

 

Il nous a semblé que la présence de pédiatres dans la mission LS orientait fortement les débats sur l'aspect médical plus qu'éducatif. Nous avons parfois eu le sentiment de ne pas maitriser les échanges et les comportements qui s'ensuivaient, par manque d'information et de transparence.

 

Les rencontres à l’Université de psychopédagogie et au ministère de l'Education Nationale avec Mr Crudu se sont bien passées, les retours sont encourageants sur le projet d'école bilingue de Michel Lamothe. En effet les écoles spécialisées pour enfants seront fermées à terme.

Eliane Barrero

On sent l’espoir poindre. Le chapitre suivant sur la mission en Colombie est plus qu’encourageant. Suivons donc avec intérêt le groupe dans cette mission vers un bilinguisme parfaitement compris.

La Colombie

 Mission en Colombie

Nous continuons le chapitre Education avec le récit de la mission en Colombie qui a eu lieu du 27 Mai au 11 Juin 2016.

Y participaient :

- Eliane Barrero (S) retraitée  Enseignante LS & Présidente de l'ULSF Rhône-Alpes; Céline Lajarrige (E) Interprète du service Mot pour mots à Grenoble et Michel Lamothe (E) retraité, Fondateur de 2LPE & Directeur classes bilingues à Poitiers.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Université de langue des Signes Française ULSF